Projection de “Là où la terre”, 5 février 2019, IMéRA, Marseille

Projection du film Là où la terre (2018, 30 minutes) de Jeff Silva et Ramona Badescu, mardi 5 février 2019, 18h00 à l’IMéRA, Marseille. En présence du réalisateur du film Jeff Silva, résident IMéRA, Harvard Film Study Center Fellow & Sensory Ethnography Lab Affiliate. Entrée libre.

Mêlant récits fragmentés d’habitants et vues d’un paysage en perpétuelle transformation nous voyageons intimement sur les traces d’une Alice contemporaine dans ce qui fût autrefois une forêt feuillue, peuplée d’oiseaux et de sources d’eau et qui est aujourd’hui le Grand Saint Barthélémy, partie des quartiers nord de Marseille.

A la croisée d’enjeux sociétaux, historiques, architecturaux et humains, la nature semble ici prise en étau, respirant seulement au creux de la mémoire de ceux qui l’ont parcourue, non sans risques, enfants. C’est cette mémoire chorale qui nous permet d’en déchiffrer ici et là les traces visibles. Ce monde végétal et animal malmené nous éclaire à sa manière sur la violente transformation de ce lieu et notre rapport au vulnérable. Une transformation toujours à l’œuvre, où les logiques se répètent. Et se répercutent sur ceux qui y vivent. Dans un dispositif séparant définitivement l’image du texte, il s’agit d’éprouver au plus près la tension entre la présence et l’absence,  déclinée en motifs; végétaux, animaux, humains.

Voir un extrait

Accès à Tënk, plateforme de film documentaire

Depuis janvier 2019, l’EHESS propose un accès à la plateforme Tënk à l’ensemble de la communauté de l’École, étudiants, chercheurs et personnels.

Lancée en 2016, Tënk est la première plateforme de vidéo à la demande entièrement dédiée au documentaire d’auteur. Se côtoient ainsi sur la plateforme des films du monde entier, réalisés autant par des cinéastes reconnus que par de jeunes auteurs. Tënk fonctionne comme une petite salle de cinéma en ligne : tous les vendredis, sept nouveaux films rejoignent le catalogue, classés par plages thématiques : histoire et politique, arts, écologie, musique, documentaires sonores, etc. Chaque film étant programmé pour une durée de deux mois, ce sont plus de 70 films qui sont accessibles à tout moment en illimité.

Tënk est accessible à distance en permanence via l’ENT de l’EHESS (onglet Ressources documentaires).

La connexion personnelle à distance est complétée par deux espaces de visionnage in-situ, ce qui permet aux personnes hors-EHESS de bénéficier aussi de l’accès à Tënk :

– à Paris à la vidéothèque de la Direction de l’image et de l’audiovisuel (96, bd Raspail),
– et à Marseille au Centre de Documentation en Sciences Sociales (La Vieille Charité).

En lien avec le développement de la Fabrique des écritures, le Centre de documentation en sciences sociales de Marseille enrichit sa collection d’objets et de documents multimédias, des films et des bande-dessinées notamment. Le partenariat avec Tënk s’inscrit dans cette nouvelle dynamique.

Centre de documentation en sciences sociales (Centre Norbert Elias/EHESS/CNRS)
La Vieille Charité, 1er étage
2, rue de la Charité, 13002 Marseille
Du lundi au vendredi de 10h00 à 18h00

Masterclass avec Mehdi Sahebi, 7 décembre 2018

Projection du film documentaire MIRR de Mehdi Sahebi (Suisse/Cambodge, 2016, 1h31, VOSTfr) suivie d’une masterclass avec le réalisateur, animée par Pascal Cesaro (maître de conférences) et les étudiants du master Écritures documentaires (Aix-Marseille Université), dans le cadre du festival Jean Rouch  hors les murs 2018 et du séminaire du Centre Norbert Elias  “Observer, décrire, interpréter. Photographie, cinéma et sciences sociales“.

A propos du réalisateur
Mehdi Sahebi a étudié l’ethnologie, l’histoire, et le droit international à l’université de Zurich, où il a soutenu un doctorat en anthropologie visuelle en 2006. Son documentaire Zeit Des Abschieds (2006), projeté dans de nombreux festivals dans le monde, a remporté des prix à la Semaine de la critique du Festival du film de Locarno et au Festival international Entrevues de Belfort. Son dernier film MIRR (2016) a été primé à la Semaine du film de Duisbourg (Allemagne).

A propos du film
Au Cambodge, Binchey, agriculteur traditionnel de la province du Mondolkiri, a été expulsé de ses terres comme des milliers d’autres petits paysans. Il se sent impuissant face aux grandes plantations d’hévéas étrangères qui accaparent une part toujours plus importante de la surface du pays. Le réalisateur Mehdi Sahebi met en scène, avec Binchey et d’autres cultivateurs, l’histoire de cette dépossession et ses conséquences dramatiques.

Plus d’infos : http://www.mirr.ch

Entrée libre
Mucem, Auditorium, Marseille
Vendredi 7 décembre 2018 à 14h30

 

Festival Jean Rouch hors les murs 2018 : carte blanche à la Fabrique des écritures, 6 décembre 2018

Une soirée hors le murs du Festival Jean Rouch 2018, avec la présentation de deux documentaires réalisés dans le cadre de la Fabrique des écritures. Les projections seront suivies de temps d’échanges en présence des réalisateurs, de Boris Pétric, anthropologue et cinéaste, directeur du Centre Norbert Elias, et de Jeff Silva, artiste visuel, cinéaste, enseignant, chercheur invité LabexMed.

Djebel
De Giorgio Cassone et Christian Di Giandomenico (France, 2018, 33 min)
Au cœur de Marseille, dans le quartier de la porte d’Aix, accès historique à la ville, le projet de construction d’un parc modifie l’espace et la vie des habitants du quartier. Dans cet espace en grande mutation, les regards croisés d’un agent de sécurité, d’un habitant du quartier et d’un journaliste racontent les enjeux économiques, politiques et migratoires du projet Euromed.

Pas sage
De Laura Taubman  (France, 2018, 1h16)
La chronique d’une année au Lycée autogéré de Paris. Entre révolte adolescente, stress du bac, apprentissage des libertés et tentatives pédagogiques, c’est un lieu unique en son genre qui relève le défi d’un fonctionnement collectif pris en charge par les professeurs et les élèves.
Jeudi 6 décembre 2018, 20h00-23h00
Mucem, Auditorium Germaine Tillion, Marseille
Entrée libre.
Plus d’infos  : http://www.comitedufilmethnographique.com/seance/voir-autrement-le-monde-carte-blanche-a-la-fabrique-des-ecritures-6-decembre-2018/

 

Sciences humaines et cinéma documentaire : Quels terrains de rencontre ? 26 novembre 2018, Paris

Une journée d’échanges entre les sciences humaines et le cinéma aujourd’hui est proposée le 26 novembre 2018 par le Festival Jean Rouch, La Fabrique des écritures (Centre Norbert Elias – UMR 8562) et l’association de cinéastes documentaristes Addoc.

Cette journée s’articulera autour de récits de collaborations entre chercheurs en sciences humaines et sociales, cinéastes et producteurs. Quelles sont les représentations que les uns et les autres se font de l’écriture, de la réalisation et du montage ? Comment se rencontrent-elles pour inventer un langage commun, tout en évitant des paroles simplificatrices ou formatées ? Malgré la singularité de chaque projet, un des objectifs de la journée sera d’explorer la complexité d’un travail d’écriture à plusieurs voix.

La notion d’auteur dans ses dimensions juridique, scientifique et artistique sera également au cœur de notre réflexion et nous explorerons les diverses définitions de ce terme à partir d’exemples particuliers.

Ces échanges auront lieu dans une interaction dynamique avec le public et nous espérons qu’ils feront émerger des rencontres entre chercheurs, réalisateurs et producteurs.

Une journée coordonnée par Barberine Feinberg, Laurent Pellé, Boris Pétric, Hélène Ricome et Gaëlle Rilliard.

 

Programme

10h15-10h30
Introduction

10h30-12h30
Quand écriture scientifique et écriture cinématographique collaborent
Durant cette matinée, des récits de collaborations mettront en perspective les points de vue de chacun autour d’extraits de film.
Intervenants :
• Aël Thery (doctorante en anthropologie, coréalisatrice) et Marine Ottogalli (directrice de la photo, coréalisatrice) – film en cours
• Caroline Bodolec (anthropologue), Elodie Brosseau (réalisatrice) et Hélène Attali (monteuse) – Yaodong, petit traité de construction
• Nicolas Jaoul (anthropologue et réalisateur) et Gilles Volta (monteur) – Sangarsh, le temps de la lutte

12h00-12h30
Partages d’expériences avec la salle

14h00-15h30
Les différents statuts d’auteurs : études de cas et règles générales
Intervenant :
• Guillaume Thoulon (Responsable juridique audiovisuel et nouveaux médias à la SCAM) présentera les différents statuts d’auteur et interrogera les limites pas toujours simples qui définissent une collaboration.

15h00-15h30
Questions ouvertes à la salle

15h30-16h45
Élaborer la narration d’un film : Quels enjeux scientifiques et cinématographiques aujourd’hui ?
Intervenants :
• Laurent Cibien (réalisateur) : Collaboration en cours sur l’écriture d’un projet avec Charlotte Epstein, chercheuse en philosophie politique.
• Vincent Gaullier (réalisateur et producteur) – Saigneurs. Peau d’âme de Pierre Oscar Levy.
• Chowra Makaremi (anthropologue et réalisatrice) – Hitch. Une histoire iranienne

16h45-17h00
Conclusion de la journée

Suivre l’événement sur Facebook
Réservation conseillée par mail à coordination@addoc.net
Festival du film ethnographique Jean Rouch 2018
Musée de l’Homme, 17 place du Trocadéro, 75016 Paris
Métro Trocadéro lignes 6 et 9 / bus 22, 32, 30, 63, 72

L’île et l’exposition, 19 octobre 2018, MuCEM

Dernière séance du séminaire préparatoire à l’exposition “Le Temps de l’île” (MuCEM, Marseille, 2019) en présence des scénographes Giovanna Comana et Iva Berthon (agence BGC) et des commissaires Jean-Marc Besse et Guillaume Monsaingeon. La séance sera suivie d’une projection de films sur les îles mobilisant des méthodes d’ethnographie sensorielle.

14h00-17h00
Séminaire – L’île et l’exposition : la scénographie comme convergence des espaces

Depuis 2017, une dizaine de séances de séminaire ont permis de nourrir l’exposition « Le Temps de l’île », et d’en multiplier les approches. Le travail de production approchant, cette séance propose une réflexion prospective sur l’écriture expographique en cours avec les deux scénographes retenues par le Mucem pour l’exposition. Comment convoquer les imaginaires insulaires, géographiques, artistiques et politiques qui habitent les visiteurs ? Comment aborder l’échelle insulaire à travers le parcours d’œuvres ? Le traitement de la lumière peut-il souligner l’ambivalence et l’incertitude propres aux îles ? Quelle place accorder dans l’exposition à des présences cartographiques ? Comment mettre en valeur l’expérience de l’île ? Questionnement géographique, propos pédagogique et souci d’expression esthétique sont désormais à l’œuvre. À travers des objets d’art, des objets vernaculaires, des documents historiques, le récit scénographique entend construire une convergence avec les spatialités insulaires.

18h00-20h30
Projections – Films documentaires / Expérimentations Art-Science / Ethnographie sensorielle

Let us persevere in what we have resolved before we forget de Ben Russell (20’, 2013)
Ampedusa de Philip Cartelli et Mariangela Ciccarello (4’, 2015)
Projection suivi d’un débat avec Jeff Daniel Silva (documentariste, Centre Norbert Elias) et Chloé Buire (géographe, Laboratoire Les Afriques dans le Monde).

Cette soirée de projection propose une réflexion sur l’écriture filmique comme un révélateur de l’expérience insulaire. En plaçant la sensorialité en premier, certains films documentaires ouvrent aujourd’hui la voie à des mondes de réflexion et des regards pouvant incarner et engager de nouvelles lectures, plus sensibles, des imaginaires géographiques. Cette perspective est abordée à travers deux films croisant expérimentation et ethnographie sensorielle, l’un réalisé par Ben Russell sur l’entremêlement du quotidien et des croyances magiques à Tanna, une petite île du Vanuatu (2013), l’autre réalisé en 2015 par Philippe Cartelli et Mariangela Ciccarello sur l’apparition fugitive en 1831 d’une petite île volcanique au large de la Sicile et les effets de sa disparition soudaine.

Vendredi 19 octobre 2018
MuCEM – Fort Saint-Jean
Entrée libre sur inscription à i2mp@mucem.org

Des Rives #2 : Rencontres autour de la photographie contemporaine, 11 sept.-22 nov. 2018

Organisé par Le Percolateur, initiative pour la création photographique à Marseille, “Des Rives” est un cycle de rencontres publiques et gratuites, conduites par Yann Tostain, avec des photographes et professionnels de la photographie venant des deux rives de la Méditerranée.

“Des Rives” propose d’interroger des œuvres photographiques afin d’ouvrir un espace de dialogue entre les images, entre ceux qui les font, entre la photographie et ses récits, entre des rives. Un travail pédagogique est mené en collaboration étroite avec les enseignants de plusieurs lycées et écoles de Beaux-Arts de la région, ainsi qu’avec les chercheurs de la Fabrique des écritures (Centre Norbert Elias/EHESS).

Les dates à retenir
– Projection du film documentaire If Only There Were Peace (2017, 30’) de Carmine Grimaldi et Deniz Tortum (États-Unis), suivie d’un débat avec la participation du photographe Stephen Dock
Samedi 27 octobre 2018 à 16h30 au cinéma Le Miroir  (Vieille Charité. Ouvert à tous).
– Intervention de la photographe Vanessa Winship dans le cadre du séminaire “Observer, décrire, interpréter” le 31 octobre (Étudiants de master et doctorants inscrits)

Le programme complet

Illustration : série Black Sea © courtesy Vanessa Winship/ agence VU

Restitution des ateliers Cinéma et Photographie de la Fabrique

Vendredi 22 juin à la Vieille Charité, les étudiants de master (mention RCAHS) et les doctorants du Centre Norbert Elias présentent les travaux qu’ils ont réalisés cette année au cours d’ateliers “Cinéma” et “Photographie”. Ces séances pratiques sont proposées par la Fabrique des écritures et s’inscrivent dans le séminaire de recherche de l’EHESS Marseille  « Observer, décrire, interpréter. Photographie, cinéma et sciences sociales » (Enseignement 2017-2018).

Coordonnés par les photographes Marco Barbon et Franco Zecchin et le réalisateur Jeff Daniel Silva, les ateliers visent à approfondir l’expérience pratique de la photographie, la prise de son et le cinéma dans les sciences sociales, ainsi qu’à expérimenter ces media comme source de connaissance. Continuer la lecture de « Restitution des ateliers Cinéma et Photographie de la Fabrique »

Toute l’histoire diffuse “Sous l’œil des Houillères”

Le 4 juin 2018, à 20h50, la chaîne Toute l’Histoire diffuse le documentaire de Marion Fontaine et Richard Berthollet Sous l’œil des Houillères consacré au système policier privé qui a régné au cœur des Houillères du Nord-Pas-de-Calais de 1949 à 1992.

Rediffusions :
mercredi 6 juin à 15h45
jeudi 7 juin à 09h20
samedi 9 juin à 22h20

Plus d’informations :
http://www.toutelhistoire.com/programme/sous-l-oeil-des-houilleres-6509.aspx