David Redmon en résidence à l’IMéRA

Le réalisateur et sociologue David Redmon, actuellement invité à la Fabrique des écritures, sera résident à IMéRA à partir de septembre avec le projet Lost and found. A la frontière entre film ethnographique et fiction, Lost and found évoque l’histoire de Mr Kim, fondateur du magasin new-yorkais Kim’s video, et de son immense collection de films.
David Redmon travaille en duo avec la réalisatrice Ashley Sabin.
Plus d’informations sur le site web de l’IMéRA

Image : David Redmon et Ashley Sabin, © American Documentary, Inc
Plus d’infos : https://www.flickr.com/photos/povdocs/7243614460

Intervention de Maeva Aubert à la journée d’études sur la Chine contemporaine, Marseille, 27 juin 2019

La cinéaste Maeva Aubert interviendra ce jeudi, 27 juin, à l’occasion de la journée d’étude sur la Chine contemporaine organisée par les doctorantes du Centre Norbert Elias. Elle présentera China 66, un triptyque vidéo qui fait dialoguer des images tournées en Chine, distantes de quarante ans.
Jeudi 27 juin, 15h15-16h15, La Vieille Charité, Cinéma le Miroir, rez-de-chaussée. Entrée libre.

Il y a quelques semaines, Maeva Aubert a également présenté le film Losaida, Avenue C (2004) dans le cadre plus informel du CinéFabrique, le rendez-vous hebdomadaire des “fabricants” organisé sous la forme d’une projection dont le programme n’est pas annoncé à l’avance.

 


China 66 (31 mn, 2009)

Il y a quelques années, j’ai fait la découverte d’un film Super 8 tourné en amateur par mon grand père lors d’un voyage professionnel en Chine pendant la révolution culturelle de Mao Zhe Dong. Je me suis alors saisie de cet objet rare pour le montrer 40 ans plus tard sur ses lieux d’origine. Mon intention était de l’offrir au regard des personnes rencontrées au cours de mon voyage, de solliciter leurs réactions et de confronter ces images d’alors à celles de la Chine contemporaine. Mon questionnement et mon « enquête » évoquent à la fois la topographie et la mémoire des lieux de tournage, ainsi que la mémoire individuelle et collective.
Ce travail a pris la forme d’une installation vidéo en 3 écrans.

Many years ago, I discovered a Super 8 film made by my grand father as an amateur during a professional journey in China during the Cultural Revolution. I took hold of this exceptionnal object to bring it back 40 years later on its original sites. My intention was to propose to the people I met to look at the 1966 film to ask them to react and to confront these images from their past with the ones from contemporary China. My questionning and my « inquiry » were about topography and memories of sites where the film was shot, and about the individual and collective memory.
This work took the form of a video installation in 3 screens.

Loisada, Avenue C (52 mn, 2004)

“Loisada” signifie “Lower East Side” dans le jargon des portoricains new-yorkais. C’est aussi le quartier où se situe ce jardin communautaire, sur l’Avenue C, filmé sur plusieurs saisons à l’époque où je comptais aussi parmi les jardiniers de ce lieu. À l’image d’un patchwork, cet espace clos et ce lieu de vie si particulier tissent des liens sociaux entre les habitants d’un quartier jadis désœuvré. C’est un manifeste du métissage des cultures humaines et urbaines propre à New York.
Le protocole de ce film était de ne jamais montrer New York mais plutôt de l’évoquer à travers le son, invitant ainsi le spectateur à en imaginer sa présence aux abords du jardin.
Quelques jardiniers m’ont confié leur quotidien sous forme d’entretiens, d’autres ont préféré s’exprimer par des chansons ou des recettes. Lors de mes déambulations dans la ville, j’ai enregistré la musicalité présente dans sa cacophonie et son vacarme quasi incessants. Cette matière sonore a été mixée en «cut-up» au montage avec les voix et les rares plages de silence.
Filmé en 16 mm, Super 8 puis image par image avec un appareil photo argentique, le montage final en numérique a été fait avec la complicité de mon amie Mélanie Braux.
Cette expérience plastique, sonore et poétique est un journal filmé dans la tradition du movie journal cher à Jonas Mekas. Loisada, Avenue C est à la fois une ballade visuelle bucolique et une déambulation urbaine sonore qui superpose le détail du végétal à celui du quotidien new-yorkais. Le vu et le caché dévoilent ainsi le foisonnement de cette ville dans ce qu’elle a de plus ténu.

Loisada, Avenue C (sous-titré fr) 53 mn. from Maeva Aubert on Vimeo.

 

Journée de restitution des ateliers de la Fabrique, Marseille, 25 juin 2019

La journée de restitution des ateliers cinéma, photographie et son 2018-2019 se tiendra le mardi 25 juin à la Vieille Charité. Au programme : séance d’écoute, projection et vernissage. Au plaisir de vous y retrouver.

Cinéma le Miroir, rez-de-chaussée

13h30
Introduction

13h45 – Documentaire sonore – Séance d’écoute
Coup de poing (Laura Taubman)
Tempêtes de papier (Sandrine Musso et Mikaëla Le Meur)
Fragments du moulin (Stéphanie Fonvielle et Mahé Ben Hamed)

14h15 – Cinéma documentaire – Projections
Premier prix technique (Hélène Baillot et Raphaël Botiveau)
Pose (Camille Béguin)
Le pastis et le vin d’abord (Michele Marchioro)
Comment on va dire ? (Morgana Planchais)
Box (Julie Saint-Laurent)

15h45 – Photographie – Diaporama
Travaux réalisés par Aurélien Billaut, Laura Botella, Mohamed Elnour, Brigitte Juanals, Guilherme Rodrigues, Olivia Rolin, Aurélie Rondreux, Blandine Salla et Anna Shcherbakova.

Coursives du 1er étage

16h30 – Photographie – Vernissage
Exposition Corps, matières, gestes. Métiers à Marseille
Photographies de Aurélien Billaut, Laura Botella, Mohamed Elnour, Brigitte Juanals, Guilherme Rodrigues, Olivia Rolin, Aurélie Rondreux et Blandine Salla.
Commissariat : Marco Barbon et Franco Zecchin

Ateliers réalisés dans le cadre de la formation de l’EHESS (mention de master “Recherches comparatives en anthropologie, histoire et sociologie” et formation doctorale en sciences sociales) et des activités de la Fabrique des écritures du Centre Norbert Elias.
Entrée libre – La Vieille Charité, 2 rue de la Charité, 13002 Marseille
Illustration : Pose – Camille Béguin

Cinéma, musique et vin. Masterclass avec Noël Balen, 14 juin, Marseille

Dans le cadre du festival Œnovidéo, festival international de films sur le vigne et le vin qui se tiendra au Mucem du 13 au 16 juin 2019, la Fabrique reçoit l’écrivain, musicien et scénariste Noël Balen. Entre littérature, musique, cinéma et vagabondages dans les vignobles, Noël Balen fera part de ses expériences. La rencontre sera ponctuée d’extraits de films.

Animé par Boris Pétric, anthropologue, directeur du Centre Norbert Elias, directeur de recherche au CNRS et Corinne Boulbes, Festival Œnovidéo.
Cinéma le Miroir, la Vieille Charité – Marseille
Vendredi 14 juin, 16h00-17h30.
Entrée libre.

Festival itinérant, Œnovidéo s’installe cette année dans la cité phocéenne à l’occasion de Marseille Provence Gastronomie 2019. Il présente une centaine de films en compétition issus d’une vingtaine de pays (fictions et documentaires, courts et longs métrages) à l’auditorium du Mucem, ainsi qne exposition de photographies « Terroirs d’images » au Centre de la Vieille Charité.

Filmer l’anthropocène : rencontre avec Philippe Cartelli, 12 juin 2019

La Fabrique des écritures invite Philippe Cartelli le mercredi 12 juin, dans le cadre des ateliers de cinéma documentaire coordonnés par Jeff Daniel Silva.

  • 15h00-16h30 : Artist talk “Filmer l’Anthropocène. Entre art, ethnographie et cinéma documentaire”
  • 17h00-19h00 : Projection du film en cours d’élaboration “Lent Retour”.

Philip Cartelli est cinéaste, chercheur et professeur de cinéma documentaire à Wagner College (New-York). Titulaire d’un doctorat en anthropologie visuelle de l’U

Philip Cartelli: Filmer l’anthropocène
Screening and talk, June 12 at 3pm, La Fabrique des écritures, la Vieille Charité, Marseille.

Philip Cartelli, a former Camargo Foundation Fellow, is invited to the documentary film workshops coordinated by filmmaker Jeff Daniel Silva. Philip Cartelli is a filmmaker, scholar and professor of documentary film at Wagner College in New York. His research focuses in particular on the redevelopment of the Marseille seaside and the representation of reality between ethnography, visual art and cinema. His films have been screened at several international festivals, such as Locarno, Torino, Art of the Real and Edinburgh, among others.

niversité de Harvard ainsi qu’un doctorat en sociologie de l’École des hautes études en sciences sociales (Paris), ses recherches portent notamment sur le réaménagement du bord de mer de Marseille et la représentation du réel entre ethnographie, art visuel et cinéma. Ses films ont été présentés dans de nombreux festivals internationaux, tels que Locarno, Torino, Art of the Real et Edimbourg, parmi d’autres. Plus d’informations

L’atelier est destiné en priorité aux étudiants de master et aux doctorants de École des hautes études en sciences sociales (EHESS)-Marseille inscrits à l’atelier de cinéma documentaire coordonné par Jeff D. Silva. Si vous souhaitez participer, merci de nous contacter à l’adresse fabrique@centrenorbertelias.fr

Philip Cartelli: Filmer l’anthropocène
Screening and talk, June 12 at 3pm, La Fabrique des écritures, la Vieille Charité, Marseille.

Philip Cartelli, a former Camargo Foundation Fellow, is invited to the documentary film workshops coordinated by filmmaker Jeff Daniel Silva. Philip Cartelli is a filmmaker, scholar and professor of documentary film at Wagner College in New York. His research focuses in particular on the redevelopment of the Marseille seaside and the representation of reality between ethnography, visual art and cinema. His films have been screened at several international festivals, such as Locarno, Torino, Art of the Real and Edinburgh, among others.

Sortie du film Château Pékin de Boris Pétric

L’anthropologue Boris Pétric, auteur d’un premier film sur la crise viticole dans le Sud de la France en 2006, livre une enquête sur l’entrée de la Chine dans le monde du vin. A l’occasion de la sortie du film en salle, plusieurs projections sont organisées en France et en Belgique, en présence du réalisateur.

25 avril 2019
Marseille, Cinéma l’Alhambra – Avant-première
Séance à 21h00 suivie d’un temps d’échange autour d’un verre de vin – 6 € / sans réservation
+ repas franco-chinois à partir de 19h30, sur réservation uniquement à cinema.alhambra13@orange.fr – 15 €. Nombre de repas limité
Suivre l’événement sur Facebook

7 mai 2019
Bruxelles, Kinograph
Dans le cadre du Festival Jean Rouch hors les murs.

22 mai 2019
Paris, Espace Saint-Michel – Première
Séance à 20h30 en présence du réalisateur. Tarif : 7 euros, sans réservation.
Suivre l’événement sur Facebook

23 mai
Paris, Espace Saint-Michel
Projection à 20h30 suivie d’un débat « Quel avenir pour les grands crus et vignobles français sur le marché global du vin  »
Avec le réalisateur Boris Pétric et Fabien Imbert journaliste à La Revue du Vin de France.

27 mai
Paris, Espace Saint-Michel
Projection à 20h30 suivie d’un débat « Enjeu de traduction : comment transmettre la culture du vin ? »
Avec le réalisateur Boris Pétric et Barbara Cassin de l’Académie Française, philosophe, auteure de L’éloge de la
traduction (Fayard, 2016).

28 mai 2019
Nantes, Cinéma Bonne Garde
En présence de Christelle Pineau (IIAC/EHESS) et de plusieurs vignerons.
Séance à 20h00 suivie d’un temps d’échange et de dégustation de vins “naturels”.
Suivre l’événement sur Facebook

16 juin 2019
Marseille, Auditorium du Mucem, Marseille
Séance à 11h00 dans le cadre du festival Oenovidéo.
Plus d’informations

 

——

Château Pékin. Quand la chine s’éveille au vin (2018, 63 min)
La Chine, grand consommateur de vin, sera très bientôt le premier vignoble au monde. De la Bourgogne au Shandong, le film explore les désirs et les craintes que suscite cette nouvelle étape de la globalisation du vin. Réalisation : Boris Pétric ; Image : Laura Taubman ; Montage : Mélanie Brun et Marts Mihailovs ; Production : La Fabrique des écritures et Up studio

Distribution
Jérémie Pottier-Grosman
pottier.jerem@gmail.com
06 50 40 24 00
Presse
Didier Thomas-Radux
fabrique@centrenorbertelias.fr
06 22 83 05 92
Production
Matthieu Desbordes
fabrique@centrenorbertelias.fr

Plus d’informations sur le film

Masterclass autour de Talal Derki, 5 avril 2019, Marseille

Reporter et cameraman pour les chaînes internationales (2009-2011), Talal Derki a réalisé plusieurs courts et longs métrages. Au cours de cette masterclass, modérée par la réalisatrice et productrice Katia Saleh, le producteur Hans Robert Eisenhauer reviendra sur le travail de Talal Derki et sa démarche de filmer en zone de conflit.

Hans Robert Eisenhauer est producteur (Ventana-Film GmbH). Il a été directeur adjoint des programmes et responsable des soirées Thema pour ARTE, et a également été directeur du Berlin Film Fund. Il est membre de l’European Film Academy,  il a contribué à créer en 1988. Il a coproduit les deux films de Talal Derki Retour à Homs et Of Fathers and Sons.

Dans son précédent film Retour à Homs (2013), Talal Derki suivait deux jeunes dissidents anti-Assad entrés dans la résistance armée après les bombardements sur la ville. Avec Of Fathers and Sons (2017), il revient au nord de son pays, dans la province d’Irbid contrôlée par le Front al-Nosra, branche locale d’al-Qaïda, pour suivre Abu Osama, l’un des fondateurs du mouvement et père aimant pour ses huit garçons. Se faisant passer pour « photographe de guerre » et sympathisant des djihadistes et de leur idéologie, Derki filme le quotidien de cette famille syrienne au moment où les deux fils aînés, 13 et 12 ans, sont en voie de devenir des soldats de Dieu. Il s’efforce, par le petit bout de la lorgnette du cinéma direct, de comprendre, sans jugement ni complaisance, ce qui pousse certains à vouloir vivre sous la charia et l’imposer, au besoin par la force, à leurs semblables

Organisée en partenariat avec l’Institut du Monde Arabe et Musulman-IREMAM, la Fabrique des écritures (Centre Norbert Elias/EHESS Marseille) et l’Université Aix-Marseille, dans le cadre des 6e Rencontres internationales des cinémas arabes (AFLAM).

Ouvert aux étudiants de masters, aux doctorants, aux chercheurs et à toute personne intéressée par le sujet.
Vendredi 5 avril 2019
9h30-12h30
Cinéma Le Miroir

Projection de “Pas Sage” de Laura Taubman, 27 mars 2019, Paris

Projection du documentaire Pas Sage, la chronique d’une année au Lycée Autogéré de Paris par Laura Taubman, réalisatrice et doctorante en anthropologie visuelle au Centre Norbert Elias.
La projection sera suivie d’un débat, organisé par School Lab Paris, avec :
Philippe Watrelot (professeur de sciences économiques au lycée de Savigny-sur-Orge (91), ancien président CRAP-Cahiers Pédagogiques (Conseil national de l’innovation pour la réussite éducative) et formateur à l’École Supérieure du Professorat et de l’Éducation de Paris)
Laura Taubman (réalisatrice et doctorante en anthropologie, Centre Norbert Elias/EHESS Marseille)
Pascale Haag (maître de conférences, EHESS, fondatrice du Lab School Network)
– Gregory Benzekry (professeur de musique au Lycée Autogéré de Paris)
– Clément Poterlot et Nathan Simon (anciens élèves au Lycée Autogéré de Paris)

27 mars 2019
18h30-21h30
Mairie du 2e arrondissement
Salle Jean Dame
17 Rue Léopold Bellan, 75002 Paris.

Atelier Vertigineux avec Eric Bernaud et Marie-Jo long, 16 mars 2019

L’envol, la chute ou le vertige… Marie-Jo Long, musicienne et cinéaste d’animation, et Eric Bernaud, créateur, entre autres, de la série Système D, s’associent pour  proposer un atelier d’expérimentation de trucages visuels et sonores à vous donner le vertige. Ouvert à tous à partir de 10 ans.
Cinémas du Sud & Tilt, en coproduction avec Des Courts l’Après Midi,  Les Docks Village et La Fabrique des écritures (Centre Norbert Elias).

Samedi 16 mars, 15h00-18h00
Les Docks Village, La Joliette 13002 Marseille
Réservation obligatoire. Informations et inscriptions : contact@cinetilt.org / 04.13.41.96.74

Télécharger le programme de La Fête du court métrage Marseille Aix-en-Provence 2019

Masterclass avec Vergine Keaton, 14 mars 2019

Une masterclass avec l’artiste et réalisatrice Vergine Keaton le 14 mars, 14h00-17h00, au cinéma Le Miroir à la Vieille Charité, Marseille, dans le cadre de la Fête du court métrage 2019.

Après des études de graphisme et de cinéma, Vergine Keaton réalise en 2009 son premier court métrage d’animation Je criais contre la vie, ou pour elle. Le film, sélectionné dans une centaine de
festivals, dont Cannes, a reçu une dizaine de prix. Le Tigre de Tasmanie, son dernier opus, est sélectionné à la Berlinale 2018. Elle prépare actuellement une commande pour le Centre Pompidou-Metz, une adaptation animée de l’Enfer de Dante. Entre film d’animation et film expérimental, les films de Vergines Keaton se nourrissent d’images d’archives ou de références artistiques ou populaires.

Programme

14h00-15h30
La réalisatrice dévoilera les différents processus de son travail (techniques employées), les liens qu’elle entretien entre le film d’animation et le cinéma expérimental. Mais également et surtout, nous parlera de sa démarche artistique, lorsqu’elle « pioche » dans l’iconographie de la Renaissance ou des images d’archives et comment, elle joue sur la juxtaposition de ces images.
Des temps d’échanges ponctueront cette rencontre et permettront de questionner le réalisateur sur ses choix et enjeux artistiques et techniques.

15h45-17h00
Carte blanche à la réalisatrice avec la projection de trois courts métrages :
– Nous, documentaire expérimental de Artavaz Pelechian – 1969 – 25’
– Dell’ammazzare il maiale de Simone Massi – 2011 – 6,30’
– Impossible Figures II and Other Stories, de Marta Pajek – 2016 – 15’

La masterclass est proposée et animée par Cinémas du Sud & Tilt, en coproduction avec Baldanders films et La Fabrique des écritures (Centre Norbert Elias).

Cinéma Le Miroir – La Vieille Charité
2, rue de la Charité, 13002 Marseille
Tout public, Entrée gratuite.  Jauge limitée, réservation vivement conseillée par téléphone : 04 13 41 57 90 ou par email : karina.bianchi@cinetilt.org

Télécharger le programme de La Fête du court métrage Marseille Aix-en-Provence 2019
Suivre l’événement sur Facebook

Illustration : Le tigre de Tasmanie, France, 2018, 14’. Un tigre de Tasmanie tourne en vain dans l’enclos d’un zoo. Un glacier fond lentement. Face à sa disparition annoncée, la nature déploie sa fureur…