Présentation : La sociologue et l’ourson, 8 décembre 2016

Rencontre avec le co-réalisateur Mathias Théry et la sociologue Irène Théry (EHESS/CNE) à propos du film La sociologue et l’ourson, le 8 décembre 2016 de 16h00 à 20h00 au cinéma Le Miroir, La Vieille Charité,  Marseille.

La sociologue et l’ourson

(Étienne Chaillou/Mathias Théry, France – 2016 – 78 minutes)

De septembre 2012 à mai 2013, la France s’enflamme sur le projet de loi du Mariage pour tous. Pendant ces neuf mois de gestation législative, Ia sociologue Irène Théry raconte à son fils les enjeux du débat. De ces récits nait un cinéma d’ours en peluches, de jouets, de bouts de cartons. Portrait intime et feuilleton national, ce film nous fait redécouvrir ce que nous pensions tous connaître parfaitement : la famille.

Rencontre-débat : Le film documentaire et l’enquête, 2 décembre 2016

Le film documentaire et l’enquête : dialogue entre cinéastes et chercheurs en sciences sociales

L’enquête occupe une place déterminante aussi bien dans la fabrication d’un film documentaire que d’un livre. Cinéastes et chercheurs participants discuteront des différentes étapes de l’enquête et de l’écriture d’un film. Partant de l’enquête, l’écriture s’élabore lentement ; elle n’est pas seulement la phase initiale de la fabrication d’un film. Elle se développe en plusieurs étapes (repérage, tournage et montage) qui permettent la construction progressive d’une écriture finale. Le tournage n’est pas davantage la restitution d’une enquête réalisée au préalable, mais fait partie intégrante du processus. Le montage apparaît enfin comme un moment décisif où s’élabore la dernière phase de l’écriture d’un film documentaire. Une des questions majeures qui sera débattue concerne notamment les choix narratifs. Ces questions concernent aussi bien le documentariste que le chercheur en sciences sociales, impliqués l’un et l’autre dans des stratégies d’enquête pour proposer leur analyse de la vie sociale.

Intervenants
Maher Abi Samra, photographe reporter, réalisateur de films documentaires
Mahmood Soliman, écrivain et réalisateur de films documentaires
Karim Sayad, réalisateur de films documentaires
Sabrina Mervin, anthropologue, islamologue spécialiste du chiisme, cinéaste, chargée de recherche CNRS, membre des Laboratoires : Centre d’études en sciences sociales du religieux (CESOR), Paris, et du Centre Jacques Berque, Institut français de recherche à Rabat (Maroc)
Boris Pétric, anthropologue et réalisateur, directeur de recherche CNRS, directeur du Centre Norbert Elias

Informations pratiques
2 décembre 2016, 14h30-16h00, Agora, Mucem, Marseille

Illustration : l’affiche de We have never been kids de Marmood Soliman (2015)

Masterclass avec Nicolàs Rincón Gille, 9 décembre 2016

Une masterclass en présence du cinéaste colombien Nicolàs Rincón Gille  et animée par Javier Packer-Comyn, dans le cadre du Festival du film ethnographique Jean Rouch « Hors les murs ».

Né à Bogota en 1973, Nicolàs Rincón Gille a accompagné, enfant, son père, professeur d’anthropologie, qui rendait visite aux paysans de la campagne colombienne avec ses étudiants. Après des études de cinéma en Belgique, il réalise trois films sur un sujet qui le fascine depuis son enfance, la richesse de la tradition orale colombienne et sa confrontation à la violence. Avec Noche herida (2015), il achève la trilogie Campo hablado, commencée en 2007 avec En lo escondido et poursuivie avec Los Abrazos del rio en 2011.

Intervenants
Nicolàs Rincón Gille, réalisateur de films documentaires
Javier Packer-Comyn, directeur artistique du festival Cinéma du Réel
Comité du film ethnographique / Festival Jean Rouch

Partenaires
Comité du film ethnographique / Festival Jean Rouch
La Fabrique des écritures / Centre Norbert Elias
EHESS Campus Marseille
Master Pro “Métiers du film documentaire” (Aix-Marseille Université)

Informations pratiques
9 décembre 2016, 10h30-17h30, Mucem, Marseille
Entrée gratuite

Illustration : Noche Herida, Nicolàs Rincón Gille, 2015.

Masterclass avec Maher Abi Samra, 1er décembre 2016

A l’occasion des 4e Rencontres internationales des cinémas arabes, une masterclass avec le photographe et cinéaste libanais Maher Abi Samra qui porte sur la position du réalisateur par rapport à son sujet d’investigation. En particulier, la question de la relation de l’auteur à son sujet apparaît comme une dimension majeure : engagement politique, un regard sur une partie de la société libanaise des années 1980 engagée dans l’aventure du communisme.

Partenaires

AFLAM, association de Marseillais.e.s pour promouvoir l’expression des cultures arabes à travers le cinéma (Marseille)
LabexMed, MMSH (Marseille)

Informations pratiques
1er décembre 2016, 10h00-17h00, Cinéma Le Miroir, La Vieille Charité, Marseille

Masterclass avec Eliane de Latour, 21 novembre 2016

Dans le cadre de la 10e édition du Festival RISC, une masterclass avec Eliane de Latour intitulée « Langue des mots et langue du corps », avec des extraits de films ethnographiques de Rouch, Le Moal, Meillassoux. « Le silence est la plus belle conquête du parlant » dit Henri Jeanson en parlant de l’histoire du 7ème art. Le cinéma a cette labilité qui permet de donner sens à ce qui parle ou ce qui ne parle pas. Comment s’opère la mise en scène de la parole ou du silence ? La langue des mots et langue du corps ? Comment révèle-t-on les personnages de l’intérieur ?

Éliane de Latour, anthropologue, photographe et cinéaste, a travaillé en France, en Afrique et en Inde. Par le cinéma, la photo, l’écrit scientifique ou littéraire, elle porte un regard de l’intérieur sur les mondes fermés de ceux que l’on repousse derrière une frontière physique ou sociale.

Intervenants
Éliane de Latour, anthropologue, directrice de recherche au CNRS
Boris Pétric, anthropologue, directeur de recherche au CNRS, directeur du Centre Norbert Elias

Partenaires
Master Pro “Métiers du film documentaire” (Aix Marseille Université)

Informations pratiques
21 novembre 2016, 14h00-17h00, Bibliothèque départementale des Bouches-du-Rhône, Marseille

Illustration : extrait de l’exposition Go de nuit, Eliane de Latour, 2011

 

Table-ronde : écritures innovantes en anthropologie, 25 mars 2016

Dans le cadre de la Biennale des écritures du réel #3, une table ronde “écritures innovantes en anthropologie” est proposée par le Centre Norbert Elias. Cette rencontre a été pensée en dialogue avec la programmation cinéma « Notre monde » au cinéma Les Variétés. Le but est de partager une réflexion sur les écritures innovantes en anthropologie avec des scientifiques, des artistes et le public. La table-ronde sera animée par Dorothée Dussy (Centre Norbert Elias).

Intervenants

Laetitia Merli, anthropologue et réalisatrice de films documentaires, directrice du festival de films documentaires « Mondes en images ».
Boris Pétric, anthropologue au CNRS et réalisateur de films documentaires, directeur du Centre Norbert Elias.
Pascal Cesaro, enseignant en Arts et nouvelles Technologies, responsable du mastère Professionnel « Métiers du film documentaire » à Aix-Marseille Université.
Pierre Fournier, professeur de sociologie à Aix-Marseille Université, spécialiste des industries à risques (chimie, pharmacie, énergie), de leurs territoires, et de la stratification sociale (travail, résidence, générations).
Éléonore Armanet, anthropologue, enseignante en anthropologie visuelle à Aix-Marseille Université.

Informations pratiques
25 mars 2016, 15h00-18h00
Cinéma Les Variétés, Marseille

Projection : Aujourd’hui les chamanes, 2 février 2016

Aujourd’hui les Chamanes

Diffusion du film documentaire Aujourd’hui les chamanes (2015) de Laetitia Merli, suivie d’une discussion avec la réalisatrice.
Ce film propose une immersion au cœur du chamanisme, dans les festivals, les célébrations, et invite le spectateur à vivre une expérience de l’intérieur en se laissant embarquer au rythme des tambours et des chants. Laetitia Merli a d’abord étudié le chamanisme en Mongolie et Sibérie, avant de se plonger dans le mouvement en France qu’elle a suivi pendant deux ans pour faire ce film.

Laetitia Merli, anthropologue et réalisatrice de documentaires, docteure de l’EHESS et chercheuse correspondante au Centre Norbert Elias.

Informations pratiques
2 février 2016, 16h30
Cinéma Le Miroir, la Vieille Charité, Marseille

Illustration : Image extraite d’Aujourd’hui les chamanes.

 

Masterclass avec Jean Gaumy, 11 décembre 2015

La-Boucane-de-Jean-Gaumy.

Pour la seconde année consécutive, le Mucem donne carte blanche au Festival international du Film Ethnographique Jean Rouch à travers une sélection de films primés en 2014 et 2015. A cette occasion des travaux photographiques et cinématographiques de Jean Gaumy seront projetés et le photographe/réalisateur interviendra pour une masterclass.

14h00-17h00 – Masterclass

Jean Gaumy est l’une des figures majeures de la photographie française.  Il rejoint à la demande de Raymond Depardon, l’agence Gamma en 1973 l’agence Magnum en 1977.  Il reçoit par deux fois le prestigieux Prix Nadar en 2002 et en 2010. Il est aussi réalisateur, influencé par le cinéma de Jean Rouch. Le film La Boucane (1985) est primé au 3e Bilan du film ethnographique et nominé au César du meilleur documentaire en 1986. Sa série documentaire Sous-marin (2006), lui vaut deux ans plus tard le titre de « Peintre officiel de la Marine ». Son travail cinématographique est caractérisé par une approche sensible aux gens.

20h30 – Projections

– La Boucane (France, 1984, 35 min)
“La Boucane” est une usine de conserverie de poissons à Fécamp où l’on fume des harengs. Ce fut là aussi le premier sujet de photographies de Jean Gaumy, photographe à Magnum. Il est revenu aujourd’hui sur le même sujet, avec les photos prises il y a dix ans et un nouvel œil, une caméra à la main.
– Jean-Jacques (France, 1989, 51 min)
Au fil des saisons et des événements du village d’Octeville sur mer, le réalisateur brosse les liens complices et chaleureux qui se sont tissés entre les habitants et Jean-Jacques, un curieux bonhomme au regard bleu profond, un personnage qu’il faut bien se garder d’assimiler à l'”idiot du village” tant il est vivant, vibrant, attentif et tendre.

Projections suivies d’un débat en présence du réalisateur.

Partenaires
Master Pro “Métiers du film documentaire” (Aix Marseille Université)
Mucem
Festival Jean Rouch Hors les murs

Informations pratiques
Mucem, Auditorium Germaine Tillion, Marseille
Entrée libre sur réservation.

Illustration : La Boucane, Jean Gaumy

 

Projection : Le Garçon boucher, 11 décembre 2015

Dans le cadre du Festival international du film ethnographique Jean Rouch hors les murs, projection du film documentaire Garçon boucher, en présence du réalisateur Florian Geyer.
Diffusion suivie d’un débat animé par Boris Pétric et Laurent Pellé.

A propos du film
Miguel, 17 ans, entre en contrat d’apprentissage. Fils d’immigré portugais, la dégaine des quartiers, il est à l’opposé de l’image que cherchent à perpétuer les bouchers. Au programme de sa formation, à l’école et en boutique, une «rééducation» quasi militaire : port de l’uniforme, polissage du langage, maîtrise de l’anatomie et des techniques de découpe. Miguel devra surmonter différentes épreuves pour être admis dans les ordres de la corporation. Échec ou réussite, sa métamorphose est en marche.

Intervenants
Florian Geyer, réalisateur
Laurent Pellé, délégué général du Festival international Jean Rouch
Boris Pétric, anthropologue et réalisateur, directeur de recherche CNRS, directeur du Centre Norbert Elias

Partenaires
Comité du film ethnographique / Festival Jean Rouch

Informations pratiques
11 décembre 2015, 10h-17h, Mucem, Marseille.
Entrée libre.

Festival international du film ethnographique Jean Rouch hors les murs, 9-11 janvier 2015

Pour la première fois à Marseille, une carte blanche au Festival Jean Rouch, qui présente au MuCEM une sélection de films primés en 2013 et 2014. Ces créations documentaires témoignent du regard sensible et original que les chercheurs en sciences humaines et les réalisateurs portent sur nos sociétés : une manière de « voir autrement le réel ».
Avec la collaboration scientifique de la Fabrique des écritures (Centre Norbert Elias).

Au programme


9 janvier

•  18h00
Les Chebabs de Yarmouk d’Axel Salvatori-Sinz (Syrie, 2012, 1h17), VOSTF.
Projection suivie d’un débat en présence du réalisateur Axel Salvatori-Sinz.

10 janvier

•  14h30
Adak d’Amandine Faynot (Turquie, 2011, 23 min.), VOSTF.
Suivi de Catherine ou le Corps de la Passion d’ Emma Aubin-Boltanski (Liban, 2012, 57 min.), VOSTF.
Projection suivie d’un débat en présence de la réalisatrice Emma Aubin-Boltanski.

• 17h30
Dell’arte della guerra de Luca Bellino et Silvia Luzi (Italie, 2012, 1h25), VOSTF.
Projection suivie d’un débat animé par Boris Petric, anthropologue (Centre Norbert Elias), Christophe Deroubaix, journaliste à l’Humanité correspondant à Marseille et Olivier Leberquier, délégué syndical CGT Fralib, directeur général délégué de SCOP TI. En présence des réalisateurs Luca Bellino et Silvia Luzi.

11  janvier

•  11h00
Mayasa, l’Ange des Ombres de Martine Journet et Gérard Nougarol (Indonésie, 2011, 1h46), VOSTF.
Projection suivie d’un débat animé par un chercheur de l’Institut de recherche pour le développement, en présence des réalisateurs Martine Journet et Gérard Nougarol.

•  14h30
Un été avec Anton de Jasna Krajinovic (Russie, 2013, 1h), VOSTF.
Projection suivie d’un débat animé par Boris Petric (anthropologue) et Laurent Pellé (délégué général du Festival international Jean Rouch).

•  16h00
Séance surprise  : une sélection de films primés au 33e Festival International Jean Rouch.
Projection suivie d’un débat animé par Barberine Feinberg et Laurent Pellé organisateurs du Festival international Jean Rouch.