Le film “Nodas. Launeddas at the time of crisis” en ligne via le Journal of Anthropological Films

Le premier documentaire d’Umberto Cao et Andrea Mura, Nodas. Launeddas at the time of crisis (2015, 30 min., 2015), est diffusé via le Journal of Anthropological Films, 4(2) 2020. A lire également, une analyse du film dans l’éditorial du numéro.

Dating back to 3000 years ago, Launeddas are a wind instrument from the Nuragic civilisation (Sardinia, 18th century BC/2nd century AD) bearing the marks of contaminations from all over the Mediterranean Sea and beyond. Nearly vanished between the 1960s and 1970s, Launeddas are extraordinarily alive and ever more widespread today. In today’s “time of crisis”, they found levels of artistic excellence that just some decades ago looked no longer attainable. This documentary portrays five talents from the new generation of Launeddas players, exploring through their eyes the interstitial spaces between folklore and ethnicity, traditions and experimentation, identity and globalization. At the same time, the film exposes a harsh (but not resigned) aperture on the conditions of an entire generation, in an island such as Sardinia – among the poorest regions in Europe – which struggles with structural socioeconomic problems, whose solutions are still far away.

“400 paires de bottes”. Première au FIFD d’Amsterdam 2020

Le film de Raphaël Botiveau et Hélène Baillot, 400 paires de bottes (17 min., 2020), issu des ateliers de la Fabrique des écritures,  sera présenté en première mondiale au Festival international du film documentaire d’Amsterdam (18 nov.-6 déc. 2020). Le film, produit par Films de Force Majeure, est en compétition dans la catégorie “Competition for Short Documentary” sous le titre Made for Walking.

Enfermement : les Baumettes historiques. Exposition photo, 1er oct.-15 déc. 2020

Exposition collective des photographies de l’ancienne prison des Baumettes à Marseille, du 1er octobre au 15 décembre 2020, la Vieille Charité, Marseille. Entrée libre.

Cette exposition est issue de l’atelier photographique organisé par le master « Recherches comparatives en anthropologie, histoire et sociologie » de l’EHESS à Marseille, et la Fabrique des écritures (Centre Norbert Elias). Coordonné par Marco Barbon et Franco Zecchin, l’atelier approfondit l’expérience de la photographie et de ses usages dans les sciences sociales, avec l’objectif d’expérimenter la photographie comme source de connaissance, outil d’enquête et de narration.

L’enquête s’est déroulée dans les bâtiments de la prison historique des Baumettes, construits dans les années 1930 et qui seront démolis pour laisser la place à un nouvel édifice pénitentiaire, les Baumettes III, prévu pour l’année 2021.

Ces constructions vides, laissées en l’état au moment de leur abandon, présentent une incomplétude qui stimule l’imaginaire. Chaque cellule a la même taille et la même configuration, mais elle a été aménagée et décorée différemment par ses occupants. La sérialité fait apparaître, de façon plus évidente, les traces des goûts, des modes de vie, des différentes manières d’exister, jour après jour, dans un espace confiné.

Chaque participant à l’atelier a développé une approche personnel au terrain, selon sa sensibilité et sa capacité d’observation et de description à travers l’image.

Les espaces de l’enfermement ont été rendus sous différentes formes narratives : l’organisation du dispositif de surveillance, la perception du temps dans l’incarcération, le désordre des matériaux abandonnés après le déménagement, les métaphores des aliments consommés par les prisonniers, l’attention au soin corporel contre l’aliénation de la condition pénitentiaire, l’importance affective des objets du quotidien, le rapprochement entre consommation muséale et témoignages inscrits sur les murs, la perception de l’enfermement comme incitation à la fuite.

Ces entrées donnent à voir l’enfermement à travers ses traces, témoignages des individus qui l’ont vécu.

Photographes
Hussam Abed,
Mouaz Alfakeer,
Mathieu Anselmet,
Noémie Christen,
Sevin Keklik,
Perrine Kempf,
Flavio Parrinello,
Olivier Piraud-Medina,
Diego Santalla.

Infos pratiques
L’exposition est visible à la Vieille Charité, Marseille, coursives du 1er étage. Du mardi au dimanche, 9h00-18h00. Entrée livre.
Une présentation des travaux aura lieu au cinéma Le Miroir (RdC) le jeudi 1er octobre à partir de 16h00, en lien avec la semaine de rentrée de l’EHESS. En raison des conditions sanitaires, il n’y aura pas de vernissage dans les coursives.

Image : © Noémie Christen.

AtSon : les productions de l’atelier Son de la Fabrique à écouter sur Soundcloud

AtSon est une proposition de la Fabrique des Écritures en Sciences Sociales née en Janvier 2019.

Cet atelier, porté par Mahé Ben Hamed, chercheure interdisciplinaire (sciences du langage, biologie, anthropologie – Centre Norbert Elias/CNRS) est dédié aux écritures du et par le son. Il offre à des chercheurs en sciences humaines et sociales une formation aux techniques et aux formes de narrations sonores, ainsi qu’un accompagnement pour réaliser leurs projets propres à partir de leurs terrains de recherche et questionnements sur le monde social.

A écouter sur Soundcloud, trois types de productions sonores :

Jeux2Sons
De petites formes libres qui servent de prétexte à l’initiation technique et à une exploration de l’écoute selon une pédagogie d’immersion et d’écriture collective. Elles sont produites sur un temps très court (3-4 jours).

ExperimentaSons
Des formes produites sur un calendrier plus long (3-4 mois) qui permettent aux chercheur.e.s d’expérimenter le processus d’écriture sonore en autonomie.

DocuSon
Des projets plus conséquents et à visée de diffusion publique. Portés sur une durée longue (6-12 mois), ils sont envisagés par les chercheur.e.s comme de véritable formes d’écritures scientifiques de leurs thématiques propres et terrains de recherche.

Conférence et projection du film “Le patient éclairé”, 13 février 2020, Marseille

Conférence et projection du film Le patient éclairé  en présence de la réalisatrice Laura Taubman le 13 février 2020 à 18h30 au Collège Ostéopathique de Provence à Marseille. Ce film de recherche sur la démocratie sanitaire en cancérologie a été financé par le Cancéropôle PACA et la Fabrique des écritures.

La soirée, à l’initiative de Nathalie Gomez (A3 COP Aix-Marseille), sera animée par :
– Claude Michel, Hôpital Edouard Toulouse, formateur Santé publique COP Aix-Marseille,
– Dr Marie Bannier, Chirurgie oncologie générale et gynécologique, IPC,
– Dr Jean-François Moulin, Oncologue, coordinateur de l’unité hors les mur de l’IPC.

13 février 2020, 18h30
Collège Ostéopathique de Provence Aix-Marseille, 50, rue Louis Grobet, Marseille 1er

Entrée libre sur inscription auprès du COP
Téléphone : 04 91 08 55 71
Email : contact@copr.fr

DocVille #3 : Projection du film “Une Nouvelle ère” de Boris Svartzman, Marseille, 22 janvier 2020

Dans le cadre du festival DocVille #3, et en partenariat avec le Centre Norbert Elias, projection du film de Boris Svartzman Une Nouvelle Ère, mercredi 22 janvier à 21h00 au cinéma La Baleine à Marseille.

Une Nouvelle Ère
de Boris Svartzman
(France/Argentine – 2019 – 1h12)
Sélection officielle DOK Leipzig ; Images en bibliothèques ; Traces de Vies (Prix du premier film professionnel) ; Festival International Jean Rouch (Prix du patrimoine culturel immatériel)

Les deux mille villageois de Ghanzhou, une île fluviale à proximité de Canton, sont chassés en 2008 par les autorités locales pour un projet d’urbanisation, subissant ainsi le même sort que cinq millions de paysans expropriés chaque année en Chine. Malgré la destruction de leurs maisons et la pression policière, une poignée d’habitants retourne vivre sur l’île. Pendant sept ans, je filme leur lutte pour sauver leurs terres ancestrales, entre les ruines du village où la nature reprend progressivement ses droits, et les chantiers de la mégapole qui avance vers eux, inexorablement.

Page du film : Une nouvelle ère – 走進新時代

———

La Baleine Marseille
59 cours Julien
13006 Marseille
+33 4 13 25 17 17

Métro: Notre-Dame-du-Mont

Tarifs cinéma: 4,5€ / 6,5€ / 7,5€ / 9,5 €
Abonnement : 35€ les 5 places / 65€ les 10 places / Illimité : 16,90 € par mois pendant 1 an
Possibilité de restauration sur place

Masterclass avec Bojina Panayotov, Marseille, 9 janvier 2020

Dans le cadre du Festival Jean Rouch hors-les-murs, une masterclass avec Bojina Panayotova, autour de son film Je vois rouge, (France/Bulgarie, 2018, 1h24), est organisée par les étudiants du master “Métiers du film documentaire” d’Aix-Marseille Université.

« Après vingt-cinq ans passés en France, je retourne en Bulgarie avec un soupçon vertigineux : et si ma famille avait collaboré à la police politique du régime communiste? Je convaincs mes parents de faire une requête auprès de la commission spéciale qui a récemment ouvert les dossiers de la police secrète. Au bout du voyage, les surprises bousculent ma démarche et provoquent un tremblement de terre dans la famille. Une odyssée tragi-comique qui mélange le film d’espionnage et le film de famille. » Bojina Panayotova.

Jeudi 9 janvier 2020 à 18h00
Marseille, Mucem, J4— Auditorium
Entrée libre

 

Là où la terre : projections de novembre-décembre 2019

Nouvelle série de projections pour Là où la terre (2018, 30 minutes), le film de Jeff D. Silva et Ramona Bădescu sur les mutations urbaine dans le quartier du Merlan et de la Busserine à Marseille à travers les récits des habitants.

21 novembre – Vancouver, Canada
The Society for Visual Anthropology’s Film & Media Festival
The Society for Visual Anthropology’s Film & Media Festival screens work by students, professional anthropologists, and professional filmmakers at the American Anthropological Association’s annual conference. The Festival jury, comprised of anthropologists and film scholars, selects work to be included in the Festival on the basis of anthropological relevance and value to the field. Low budget and shorter works receive as careful attention as high budget or longer works. The SVA may bestow a number of awards each year, including the Festival’s highest recognition, the Joan S. Williams Award of Excellence, named for the Festival’s longtime organizer who retired in 2006. An award for Best Student Work is awarded annually and the Jean Rouch Award may be given for collaborative and participatory work.
Voir l’annonce
30 novembre – Athènes, Grèce
Athens Ethnographic Film Festival
The Athens Ethnographic Film Festival, held annually each November, presents the best ethnographic films of each year, i.e. short and feature-length anthropological documentaries which are the product of research conducted by scientist of visual anthropology or relative fields. It also organizes Q&A’s with directors, seminars and talks with academics and accomplished professionals, as well as workshops for social anthropology students.
Visual anthropology is a constantly evolving field and severely under-represented in Greek academia, thus the Festival is essentially the only platform for such works as well as a meeting place for lecturers, researchers and students. Our valuable partners include the Ministry of Culture and Sport, University of Panteion, the British Film Institute, the Institut Français de Grèce, the Netherlands Institute at Athens, the Documentary Educational Resources (DER), Goldsmiths University and the University of Manchester, as well as the John S. Latsis Public Benefit Foundation and Stavros Niarchos Foundation.
The Festival’s aim is to maintain its status as one of the most original and creative events in the city’s cultural file, wishing to introduce the best works of visual anthropology to an audience which would not have the opportunity to discover them otherwise. It is also our ambition to further rally and support the academic community, especially the young directors, by showcasing their films, creating a support network (workshops, networking meetings) as well as educating future scientists with our internship programme.
Voir l’annonce
15 décembre 19h00 – Marseille, France
Week-End Frénétique au Polygone étoilé 
1 Rue François Massabo, 13002 Marseille, France
Gratuit

Séance du séminaire “Recherche, arts et pratiques numériques” avec David Redmon, IMéRA, Marseille, 11 décembre 2019

Cette nouvelle séance du séminaire “Recherche, arts et pratiques numériques” intitulée “Crime as art”, accueille le réalisateur et sociologue David Redmon.
David Redmon est membre de la Fabrique des écritures et actuellement résident à l’IMéRA. Il a réalisé, avec Ashley Sabin, de plusieurs longs métrages documentaires. Il présentera leur projet en cours Kim’s video.

Seront également présents, Boris Pétric (anthropologue et cinéaste au Centre Norbert Elias) et Frédéric Pouillaude (Esthétique et théorie de l’art moderne et contemporain, Aix-Marseille Université).

 

Kim’s Video – formerly located at St. Marks Place in NYC – was known to have one of the most comprehensive video collections in the world. However, with the rise of digital streaming, Kim’s Video, as a business model, became obsolete. In September 2008, its owner Mr. Yongman Kim put an open call on the Internet offering to donate his entire collection of 55,000 VHS and DVDs. He received over 60 offers, and chose to send the collection to Salemi, Sicily. But why and how was the now-defunct video store Kim’s Video (NYC) sent to Sicily? What happened to the Kim’s Video collection after it arrived to Sicily? What is the state of the collection today – 11 years later?
Kim’s as a commodity chain raises questions about the redistribution of material media and ownership circulated and transferred under nebulous claims. Aside from the ongoing disappearance of material media (VHS, Cassette, DVD), the physicality of an archive such as Kim’s – and what it promotes – is a valuable and worthwhile cultural resource in an age of de-materialization and digitization. My talk concludes with a discussion of how criminal fantasy has been injected into documentary cinema as performance art to address the real.

 

Mercredi 11 décembre 2019
10h00-13h00
IMéRA – Maison des astronomes
2 place Leverrier, 13004 Marseille
Entrée libre.

Séminaire “Observer, décrire, interpréter. Photographie, cinéma, son et sciences sociales” (2019-2020)

Cette année, le séminaire Observer, décrire, interpréter. Photographie, cinéma, son et sciences sociales a pour thématique l’Enfermement, en relation avec l’enquête, commune des trois ateliers (cinéma, photographie et son), dans les bâtiments de la prison historique des Baumettes à Marseille. Il est coordonné par Marco Barbon, Mahé Ben Hamed, Pierre-Léonce Jordan, Boris Petric, Jeff Daniel Silva et Franco Zecchin.
Chaque séance présente en alternance l’un des trois médias en majeur et les deux autres en mineur. Au fil des séances, seront montrées différentes formes d’enquête et de narration centrées autour de la thématique de l’Enfermement.
Les séances ont lieu au 2e étage de la Vieille Charité à Marseille. Elles sont ouvertes aux étudiants de masters et aux doctorants de l’EHESS Marseille et s’inscrivent dans les activités de la Fabrique des écritures.
Pour tout renseignement : Franco Zecchin zef1953@yahoo.fr

 

Programme des séances

10 octobre 2019 – salle A – 14h00-17h00

Introduction – Contextualisation
Histoire de la Vieille Charité
Projection d’extraits des films San Clemente et Titicut Follie
Avant-première photographique
Extraits sonores

 

17 octobre 2019 – salle A – 14h00-17h00

Majeur cinéma
Intervenant invité : Caroline Caccavale présente le travail de LieuxFictifs
Projection et discussion de travaux photo sur les prisons en France et en Irlande

 

28 novembre 2019 – salle A – 14h00-17h00                   

Majeur photographie
Intervenant invité : Bernard Mossé, responsable des contenus scientifiques de la Fondation du Camp des Milles (AMU), présente : Enfermement et déshumanisation: la résistance par l’art au camp des Milles.
Projection et discussion de travaux photo sur les camps de concentration et les  prisons.
Projection d’un extrait du film Shoah de Claude Lanzmann

 

19 décembre 2019 – salle A – 14h00-17h00      

Majeur cinéma
Intervenant invité : Hassen Ferhani, réalisateur du film Dans ma tête un rond-point, tourné dans les abattoirs du quartier du Ruisseau à Alger.
Projection et discussion de travaux photo sur les asiles psychiatriques.

 

9 janvier 2020 – salle A – 14h00-17h00

Majeur photographie
Intervenante invitée : Andrea Eichenberger, photographe et anthropologue, présente des travaux sur les résidences fermées (gated communities) et sur la prison : (in)Security, Les mille briques.

 

23 janvier – salle A – 14h00-17h00                         

Majeur son
Élisa Portier, ex-reportrice à Radio France, présente le projet La vie radieuse  –  Radio Baumettes.
Projection et discussion de travaux photo sur le mur entre Israël et la Palestine et sur les monastères en Irlande.
Zoé Carle, post-doctorante LabexMed, AMU et MUCEM, rattachée à l’IREMAM et au Centre Norbert Elias, présente : Les graffitis carcéraux : enquête-collecte patrimoniale.

Image : Les Baumettes (2019) – © Franco Zecchin