Retour d’expérience sur le séminaire “Une autre façon de raconter”, Telling Science Drawing Science, 16-17 mai 2019, Angoulême

L’anthropologue Frédéric Joulian (Centre Norbert Elias/EHESS) interviendra aux 2es rencontres Telling Science Drawing Science, (15-17 mai 2019, Angoulême) pour présenter le séminaire “Une autre façon de raconter“, qu’il coordonne pour la cinquième année consécutive.

“Cette communication relate l’expérience de rencontres menée depuis cinq ans à Marseille en partenariat avec l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS) et le Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MUCEM). Partant d’une réflexion sur la place du dessin et de la photo dans l’édition scientifique inspirée de l’ouvrage de John Berger et Jean Mohr Une autre façon de raconter (Maspéro 1981) nous avons interrogé et mis en débats différentes formes d’éditorialisations associant textes, images, photos, vidéos, sons, à différentes étapes de la chaîne du travail scientifique.

Je restituerai ici les différents exercices de style et différentes façons d’objectiver le terrain pour un public étendu sur la base du pari tout à la fois simple et compliqué que les scientifiques ne doivent pas seulement être des producteurs et pourvoyeurs de connaissances mais qu’ils doivent également pratiquer les nouvelles formes d’expressions dans lesquelles on vit – imagées et numériques – notamment. Par-delà la question de l’imagination artistique ou scientifique, nous avons interrogé la nature des matériaux (cursifs et discursifs) et les formes et objectivations les plus adéquates pour leur rendre justice, mais également, de concert avec les designers, photographes, les graphistes et les spécialistes du roman graphique et de la bande dessinée, les différentes formes de créations et façons d’écrire avec les images (se fondant sur leurs expériences en fiction, documentaire, science ou art). Ces séminaires et ateliers collectifs ont autant permis de délinéer certains mécanismes d’intellection du social par la graphie que d’articuler cette dernière à l’écriture textuelle courante, et donc à imaginer, de façon pratique, de nouvelles compositions et intermédialités plus riches pour les sciences humaines et leurs usagers.

Pour le débat collectif avec la salle nous poserons les questions empiriques (du point de vue des enjeux d’expression, de financement, de temporalités, …) de comment faire travailler ensemble les chercheurs et graphistes ? Au moment de la problématisation ? Ensemble sur le terrain ? Lors de l’enregistrement et de la description ? Dans le cas de démarches appliquées, ou fondamentales ? Ou plus tard, lors de la scénarisation avec des visées de restitution ou de diffusion vers divers lectorats ?”

Frédéric Joulian

Illustration : Dessin réalisé lors du colloque “Telling Science – Drawing science”, 24-25 novembre 2016, Angoulême – © Morgane Parisi

Sortie du film Château Pékin de Boris Pétric

L’anthropologue Boris Pétric, auteur d’un premier film sur la crise viticole dans le Sud de la France en 2006, livre une enquête sur l’entrée de la Chine dans le monde du vin. A l’occasion de la sortie du film en salle, plusieurs projections sont organisées en France et en Belgique, en présence du réalisateur.

25 avril 2019
Marseille, Cinéma l’Alhambra – Avant-première
Séance à 21h00 suivie d’un temps d’échange autour d’un verre de vin – 6 € / sans réservation
+ repas franco-chinois à partir de 19h30, sur réservation uniquement à cinema.alhambra13@orange.fr – 15 €. Nombre de repas limité
Suivre l’événement sur Facebook

7 mai 2019
Bruxelles, Kinograph
Dans le cadre du Festival Jean Rouch hors les murs.

22 mai 2019
Paris, Espace Saint-Michel – Première
Séance à 20h30 en présence du réalisateur. Tarif : 7 euros, sans réservation.
Suivre l’événement sur Facebook

23 mai
Paris, Espace Saint-Michel
Projection à 20h30 suivie d’un débat « Quel avenir pour les grands crus et vignobles français sur le marché global du vin  »
Avec le réalisateur Boris Pétric et Fabien Imbert journaliste à La Revue du Vin de France.

27 mai
Paris, Espace Saint-Michel
Projection à 20h30 suivie d’un débat « Enjeu de traduction : comment transmettre la culture du vin ? »
Avec le réalisateur Boris Pétric et Barbara Cassin de l’Académie Française, philosophe, auteure de L’éloge de la
traduction (Fayard, 2016).

28 mai 2019
Nantes, Cinéma Bonne Garde
En présence de Christelle Pineau (IIAC/EHESS) et de plusieurs vignerons.
Séance à 20h00 suivie d’un temps d’échange et de dégustation de vins “naturels”.
Suivre l’événement sur Facebook

16 juin 2019
Marseille, Auditorium du Mucem, Marseille
Séance à 11h00 dans le cadre du festival Oenovidéo.
Plus d’informations

 

——

Château Pékin. Quand la chine s’éveille au vin (2018, 63 min)
La Chine, grand consommateur de vin, sera très bientôt le premier vignoble au monde. De la Bourgogne au Shandong, le film explore les désirs et les craintes que suscite cette nouvelle étape de la globalisation du vin. Réalisation : Boris Pétric ; Image : Laura Taubman ; Montage : Mélanie Brun et Marts Mihailovs ; Production : La Fabrique des écritures et Up studio

Distribution
Jérémie Pottier-Grosman
pottier.jerem@gmail.com
06 50 40 24 00
Presse
Didier Thomas-Radux
fabrique@centrenorbertelias.fr
06 22 83 05 92
Production
Matthieu Desbordes
fabrique@centrenorbertelias.fr

Plus d’informations sur le film

Projection de “Pas Sage” de Laura Taubman, 27 mars 2019, Paris

Projection du documentaire Pas Sage, la chronique d’une année au Lycée Autogéré de Paris par Laura Taubman, réalisatrice et doctorante en anthropologie visuelle au Centre Norbert Elias.
La projection sera suivie d’un débat, organisé par School Lab Paris, avec :
Philippe Watrelot (professeur de sciences économiques au lycée de Savigny-sur-Orge (91), ancien président CRAP-Cahiers Pédagogiques (Conseil national de l’innovation pour la réussite éducative) et formateur à l’École Supérieure du Professorat et de l’Éducation de Paris)
Laura Taubman (réalisatrice et doctorante en anthropologie, Centre Norbert Elias/EHESS Marseille)
Pascale Haag (maître de conférences, EHESS, fondatrice du Lab School Network)
– Gregory Benzekry (professeur de musique au Lycée Autogéré de Paris)
– Clément Poterlot et Nathan Simon (anciens élèves au Lycée Autogéré de Paris)

27 mars 2019
18h30-21h30
Mairie du 2e arrondissement
Salle Jean Dame
17 Rue Léopold Bellan, 75002 Paris.

Atelier Vertigineux avec Eric Bernaud et Marie-Jo long, 16 mars 2019

L’envol, la chute ou le vertige… Marie-Jo Long, musicienne et cinéaste d’animation, et Eric Bernaud, créateur, entre autres, de la série Système D, s’associent pour  proposer un atelier d’expérimentation de trucages visuels et sonores à vous donner le vertige. Ouvert à tous à partir de 10 ans.
Cinémas du Sud & Tilt, en coproduction avec Des Courts l’Après Midi,  Les Docks Village et La Fabrique des écritures (Centre Norbert Elias).

Samedi 16 mars, 15h00-18h00
Les Docks Village, La Joliette 13002 Marseille
Réservation obligatoire. Informations et inscriptions : contact@cinetilt.org / 04.13.41.96.74

Télécharger le programme de La Fête du court métrage Marseille Aix-en-Provence 2019

Projection de London Calling, 2 et 16 mars 2019 à Marseille

London Calling, court-métrage de Raphaël Botiveau et Hélène Baillot (15 mn, 2017) sera diffusé le 2 mars au cinéma Le Gyptis dans le cadre de l’exposition Regards migrants et le 16 mars au Vidéodrome 2 dans le cadre du Festival RISC.

Un groupe d’acteurs amateurs, anciens « migrants » de la « Jungle de Calais » incarne Jean-Paul Belmondo et ses acolytes dans Week-end à Zuydcoote. Réalisé par Henri Verneuil en 1964, ce film décrit l’errance d’un groupe de soldats français cherchant à s’embarquer pour l’Angleterre en pleine débâcle de 1940.

Hélène Baillot enseigne à SciencesPo à Aix-en-Provence.
Raphaël Botiveau est chercheur au Centre Norbert Elias (post doctorat CNRS/Mucem). Son projet de recherche est intitulé : “Le passage des Alpes. Figures du franchissement d’hier et d’aujourd’hui : un projet d’enquête-collecte sur la frontière.”
Plus d’informations

Projection de “Là où la terre”, 5 février 2019, IMéRA, Marseille

Projection du film Là où la terre (2018, 30 minutes) de Jeff Silva et Ramona Badescu, mardi 5 février 2019, 18h00 à l’IMéRA, Marseille. En présence du réalisateur du film Jeff Silva, résident IMéRA, Harvard Film Study Center Fellow & Sensory Ethnography Lab Affiliate. Entrée libre.

Mêlant récits fragmentés d’habitants et vues d’un paysage en perpétuelle transformation nous voyageons intimement sur les traces d’une Alice contemporaine dans ce qui fût autrefois une forêt feuillue, peuplée d’oiseaux et de sources d’eau et qui est aujourd’hui le Grand Saint Barthélémy, partie des quartiers nord de Marseille.

A la croisée d’enjeux sociétaux, historiques, architecturaux et humains, la nature semble ici prise en étau, respirant seulement au creux de la mémoire de ceux qui l’ont parcourue, non sans risques, enfants. C’est cette mémoire chorale qui nous permet d’en déchiffrer ici et là les traces visibles. Ce monde végétal et animal malmené nous éclaire à sa manière sur la violente transformation de ce lieu et notre rapport au vulnérable. Une transformation toujours à l’œuvre, où les logiques se répètent. Et se répercutent sur ceux qui y vivent. Dans un dispositif séparant définitivement l’image du texte, il s’agit d’éprouver au plus près la tension entre la présence et l’absence,  déclinée en motifs; végétaux, animaux, humains.

Voir un extrait

Frédérique Aït-Touati invitée au Centre Norbert Elias

Frédérique Aït-Touati intervient dans le séminaire du Centre Norbert Elias “Les enjeux épistémologiques des écritures en sciences sociales” vendredi 1er février 2019. Elle évoquera son travail de mise en récit du spectacle de théâtre “Gaïa Global Circus” réalisé en collaboration avec Bruno Latour.

“À l’origine du projet “Gaïa Global Circus”, un paradoxe : l’écologie s’affiche partout, s’invite dans tous les débats, la menace est grave, mais comment se fait-il que nous soyons si peu mobilisés ? Les idées et les faits ne suffisent peut-être pas à nous faire ressentir profondément ce bouleversement. Nous sommes aussi mal préparés à cette nouvelle situation qu’un homme du Moyen Âge à la découverte de l’Amérique ! Une équipe de metteurs en scène, scénographes, écrivains, scientifiques, réunit autour de Bruno Latour, fait le pari que le théâtre, s’il s’en donne les moyens, peut nous faire vivre ces questions émotionnellement. Il ne s’agit pas ici de théâtre scientifique ou didactique mais d’une expérience collective, d’un cirque global où artistes, spectateurs et scientifiques vont partager la même inquiétude et le même émerveillement.”

Frédérique Aït-Touati intervient également le 31 janvier à 18h00 à la Bibliothèque de l’Alcazar, pour une conférence grand public d’Opera Mundi intitulée : Parcourir une terre qui tremble. Pas de réservation : venez en avance !

Historienne des idées et des sciences, Frédérique Aït-Touati est chercheure au CNRS et metteure en scène. Elle explore les liens entre sciences, littérature et politique et s’intéresse en particulier aux fictions de la science. Elle enseigne à l’EHESS et dirige le SPEAP (programme expérimental en arts politiques) à Sciences Po Paris.

Bibliographie
Terra Forma, manuel de cartographies potentielles, avec A. Arènes et A. Grégoire, B42, à paraître, 2019.
Le Monde en images. Voir, représenter, savoir, avec S. Gaukroger, Garnier, 2015.
Contes de la Lune. Essai sur la fiction et la science modernes, Gallimard, 2011.

Vendredi 31 janvier de 10h00-12h00, salle A, 2e étage
Centre Norbert Elias/EHESS – La Vieille Charité, Marseille

Illustration : Gaia Global Circus – Hexagone Scène Nationale Arts Sciences, Meylan – © Cie AccenT

Festival Jean Rouch hors les murs 2018 : carte blanche à la Fabrique des écritures, 6 décembre 2018

Une soirée hors le murs du Festival Jean Rouch 2018, avec la présentation de deux documentaires réalisés dans le cadre de la Fabrique des écritures. Les projections seront suivies de temps d’échanges en présence des réalisateurs, de Boris Pétric, anthropologue et cinéaste, directeur du Centre Norbert Elias, et de Jeff Silva, artiste visuel, cinéaste, enseignant, chercheur invité LabexMed.

Djebel
De Giorgio Cassone et Christian Di Giandomenico (France, 2018, 33 min)
Au cœur de Marseille, dans le quartier de la porte d’Aix, accès historique à la ville, le projet de construction d’un parc modifie l’espace et la vie des habitants du quartier. Dans cet espace en grande mutation, les regards croisés d’un agent de sécurité, d’un habitant du quartier et d’un journaliste racontent les enjeux économiques, politiques et migratoires du projet Euromed.

Pas sage
De Laura Taubman  (France, 2018, 1h16)
La chronique d’une année au Lycée autogéré de Paris. Entre révolte adolescente, stress du bac, apprentissage des libertés et tentatives pédagogiques, c’est un lieu unique en son genre qui relève le défi d’un fonctionnement collectif pris en charge par les professeurs et les élèves.
Jeudi 6 décembre 2018, 20h00-23h00
Mucem, Auditorium Germaine Tillion, Marseille
Entrée libre.
Plus d’infos  : http://www.comitedufilmethnographique.com/seance/voir-autrement-le-monde-carte-blanche-a-la-fabrique-des-ecritures-6-decembre-2018/

 

Sciences humaines et cinéma documentaire : Quels terrains de rencontre ? 26 novembre 2018, Paris

Une journée d’échanges entre les sciences humaines et le cinéma aujourd’hui est proposée le 26 novembre 2018 par le Festival Jean Rouch, La Fabrique des écritures (Centre Norbert Elias – UMR 8562) et l’association de cinéastes documentaristes Addoc.

Cette journée s’articulera autour de récits de collaborations entre chercheurs en sciences humaines et sociales, cinéastes et producteurs. Quelles sont les représentations que les uns et les autres se font de l’écriture, de la réalisation et du montage ? Comment se rencontrent-elles pour inventer un langage commun, tout en évitant des paroles simplificatrices ou formatées ? Malgré la singularité de chaque projet, un des objectifs de la journée sera d’explorer la complexité d’un travail d’écriture à plusieurs voix.

La notion d’auteur dans ses dimensions juridique, scientifique et artistique sera également au cœur de notre réflexion et nous explorerons les diverses définitions de ce terme à partir d’exemples particuliers.

Ces échanges auront lieu dans une interaction dynamique avec le public et nous espérons qu’ils feront émerger des rencontres entre chercheurs, réalisateurs et producteurs.

Une journée coordonnée par Barberine Feinberg, Laurent Pellé, Boris Pétric, Hélène Ricome et Gaëlle Rilliard.

 

Programme

10h15-10h30
Introduction

10h30-12h30
Quand écriture scientifique et écriture cinématographique collaborent
Durant cette matinée, des récits de collaborations mettront en perspective les points de vue de chacun autour d’extraits de film.
Intervenants :
• Aël Thery (doctorante en anthropologie, coréalisatrice) et Marine Ottogalli (directrice de la photo, coréalisatrice) – film en cours
• Caroline Bodolec (anthropologue), Elodie Brosseau (réalisatrice) et Hélène Attali (monteuse) – Yaodong, petit traité de construction
• Nicolas Jaoul (anthropologue et réalisateur) et Gilles Volta (monteur) – Sangarsh, le temps de la lutte

12h00-12h30
Partages d’expériences avec la salle

14h00-15h30
Les différents statuts d’auteurs : études de cas et règles générales
Intervenant :
• Guillaume Thoulon (Responsable juridique audiovisuel et nouveaux médias à la SCAM) présentera les différents statuts d’auteur et interrogera les limites pas toujours simples qui définissent une collaboration.

15h00-15h30
Questions ouvertes à la salle

15h30-16h45
Élaborer la narration d’un film : Quels enjeux scientifiques et cinématographiques aujourd’hui ?
Intervenants :
• Laurent Cibien (réalisateur) : Collaboration en cours sur l’écriture d’un projet avec Charlotte Epstein, chercheuse en philosophie politique.
• Vincent Gaullier (réalisateur et producteur) – Saigneurs. Peau d’âme de Pierre Oscar Levy.
• Chowra Makaremi (anthropologue et réalisatrice) – Hitch. Une histoire iranienne

16h45-17h00
Conclusion de la journée

Suivre l’événement sur Facebook
Réservation conseillée par mail à coordination@addoc.net
Festival du film ethnographique Jean Rouch 2018
Musée de l’Homme, 17 place du Trocadéro, 75016 Paris
Métro Trocadéro lignes 6 et 9 / bus 22, 32, 30, 63, 72

Des Rives #2 : Rencontres autour de la photographie contemporaine, 11 sept.-22 nov. 2018

Organisé par Le Percolateur, initiative pour la création photographique à Marseille, “Des Rives” est un cycle de rencontres publiques et gratuites, conduites par Yann Tostain, avec des photographes et professionnels de la photographie venant des deux rives de la Méditerranée.

“Des Rives” propose d’interroger des œuvres photographiques afin d’ouvrir un espace de dialogue entre les images, entre ceux qui les font, entre la photographie et ses récits, entre des rives. Un travail pédagogique est mené en collaboration étroite avec les enseignants de plusieurs lycées et écoles de Beaux-Arts de la région, ainsi qu’avec les chercheurs de la Fabrique des écritures (Centre Norbert Elias/EHESS).

Les dates à retenir
– Projection du film documentaire If Only There Were Peace (2017, 30’) de Carmine Grimaldi et Deniz Tortum (États-Unis), suivie d’un débat avec la participation du photographe Stephen Dock
Samedi 27 octobre 2018 à 16h30 au cinéma Le Miroir  (Vieille Charité. Ouvert à tous).
– Intervention de la photographe Vanessa Winship dans le cadre du séminaire “Observer, décrire, interpréter” le 31 octobre (Étudiants de master et doctorants inscrits)

Le programme complet

Illustration : série Black Sea © courtesy Vanessa Winship/ agence VU