De silences et d’eau fraîche, Stéphanie Fonvielle et Mahé Ben Hamed

Un documentaire sonore de Stéphanie Fonvielle (Centre Norbert Elias/AMU) et Mahé Ben Hamed (Centre Norbert Elias/CNRS).
Avec Simon Garrette (EHESS) au mixage et Mahé Ben Hamed à l’habillage sonore et musical.

1914-1916. Depuis son moulin à Vergouniac, Marie Fabre écrit à son mari Pierre, blessé et hospitalisé dès le début de la guerre, et à son frère Ernest Viste, qui mourra dans la Somme en 1916, la veille de son 37ème anniversaire. Comme la plupart des poilus et de leur famille, Pierre, Marie et Ernest avaient appris les rudiments de l’écriture du français à l’école et leurs lettres étaient surtout destinées à être lues à voix haute à la famille. Ce documentaire révèle, à travers les voix des descendants, la matérialité sonore de cette correspondance de la Première Guerre mondiale. Loin des représentations mythifiées de la guerre et des normes orthographiques, ces écritures dites peu-lettrées témoignent du quotidien guerrier, du poids de la séparation, et de celui de l’incertitude. Mais entre les lignes et les mots des descendants, c’est surtout la poésie de l’ordinaire qui se raconte, et les silences de la guerre qui s’entendent.

Les trois fragments constituent un seul récit, qui peut être écouté en continu ou par morceaux.

Stéphanie Fonvielle est maître de conférences en sciences du langage à l’Université d’Aix-Marseille. Ses recherches, qui s’inscrivent dans le champ de la linguistique de l’écrit et du texte, portent notamment sur des écrits littéraires et ordinaires. Dans ce cadre, elle a participé à la constitution du « Corpus 14 », qui donne à lire les correspondances de Poilus ordinaires en privilégiant les écrits peu-lettrés. Elle a également co-organisé le colloque « Faire silence. Expériences, Matérialités et pouvoirs » les 4-7 juin 2019.

Mahé Ben Hamed est linguiste et anthropologue au CNRS, et coordonne l’atelier des écritures sonores à la Fabrique des écritures du Centre Norbert Élias. De formation pluridisciplinaire, ses recherches portent sur les formes d’activismes contemplatifs qui s’organisent autour de pratiques comme la méditation, le yoga ou l’improvisation, et explore des formes d’écritures par le son et le théâtre d’objet.

Plus d’infos sur AtSon, le Soundcloud de l’Atelier d’écritures sonores du Centre Norbert Elias.